“Une femme fantastique” et “Mobile Home”, les deux coups de cœur du jury de Marion Cotillard

La 31e édition du festival du film romantique de Cabourg a dévoilé son palmarès samedi soir. Le Swann d’or du meilleur film revient à Sage Femme de Matin Provost tandis que le jury présidé par Marion Cotillard a récompensé à la fois le film chilien « Une femme fantastique » (Grand Prix) et Mobile homes du Français Vladimir de Fontenay.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

« Nous avons eu deux coups de cœur. » Marion Cotillard, présidente du jury des longs-métrages en compétition de la 31e édition du festival du film romantique de Cabourg a annoncé deux lauréats pour le prix du jury, samedi soir au Casino de Cabourg.

Le premier est un film chilien, “Une femme fantastique”, également récompensé par le jury composé de lycéens bas-normands. Son réalisateur, Sebastian Lelio ne pouvait être présent, pour cause de tournage avec Rachel Weisz et Rachel McAdams à Londres, mais il a adressé un message vidéo de remerciement. « À un moment où le monde entier sembler aller à reculons vers le Moyen Âge, ce film invite à explorer les limites de notre empathie et à exercer notre élasticité spirituelle. Merci d’avoir donné cette reconnaissance au film et cela l’aidera à être distribué rapidement en France. »

Exceptionnellement, une mention spéciale du jury a été attribuée à un second film : “Mobile Homes” du réalisateur français Vladimir de Fontenay, ou l’histoire d’un couple et de leur enfant de 8 ans, engagés dans une fuite inexorable entre les États-Unis et le Canada.
« Nous avons fait ce film au Canada à -35° dans des conditions difficiles, nous avons dû retourner trois fois le film », a confié le réalisateur au moment de recevoir son prix, saluant la confiance de son équipe et la prestation de ses comédiens. « Imogen Poots comme tous les acteurs de ce film nous ont bouleversés », a commenté de con côté Marion Cotillard.

Par ailleurs, le jury du court-métrage présidé par le réalisateur Gabriel Le Bomin a décerné trois prix. Celui du meilleur court-métrage, « parmi sept films traitant d’un même thème l’amour et le désir mais avec des variations » revient à “Journée Blanche” de Félix de Givry. « Le romantisme dans le sens de la recherche de la poésie, c’est quelque chose pour lequel il faut se battre a déclaré le comédien et réalisateur. Deux acteurs formidables sont entrés dans ce film et en les voyant jouer, c’était comme de la poésie. »


Le prix de la meilleure interprète dans un court-métrage est attribué à Adèle Simphal dans “L’Attente” d’Eric du Bellay.

Deux jeunes hommes, Théo Cholbi et Zacharie Chasseriaud repartent avec un prix ex æquo pour leur prestation dans “Tropique” de Marion Defer. « Un acteur n’est rien sans son partenaire », ont estimé les membres du jury court-métrage. « Avec Zacharie, on s’est rencontrés sur ce tournage, a déclaré fou de joie Ttéo Cholbi au moment de recevoir le prix. On est devenus inséparables et infréquentables. »


Dans la section panorama dix films concouraient pour le prix du public… dont le Grand Prix de Cannes 2017, “120 Battements par minute” de Robin Campillo. Logiquement, le public a voté majoritairement pour lui. C’est la comédienne Julie Ferrier qui a remis le prix au réalisateur, ne pouvant s’empêcher juste avant, de se moquer gentiment des Normands en lançant un « Boujou, ça va-t’y ? Y fait rien beau ! »
Avec une autre forme d’humour, plus discrète, Robin Campillo s’est posé la question : « Je ne sais pas si mon film était le plus romantique du festival. En tout cas, je crois beaucoup à la romance. Mes distributeurs vont être rassurés de savoir que j’ai reçu le prix du public Cabourg. »
Ce beau film qui évoque les années Sida et le combat des militants d’Act-Up contre l’indifférence générale dans les années 90 sortira en salles le 23 août prochain.



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image