“Victoria” : Virginie Efira pétillante dans une comédie qui s’enlise un peu

"Victoria", de Justine Triet, avec Virginie Efira, Melvil Poupaud, Vincent Lacoste
"Victoria", de Justine Triet, avec Virginie Efira, Melvil Poupaud, Vincent Lacost...

Suite à sa présentation en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs, en mai dernier, le nouveau film de Justine Triet (”La Bataille de Solférino”) avait largement séduit la critique française. Cette excellente réputation a provoqué chez les fans de Virginie Efira, dont je fais partie, un désir accru de le découvrir. Au final, c’est un léger sentiment de déception qui prévaut.

“Victoria”, à ne pas confondre avec l’excellente production allemande sortie l’an dernier, ne vaut que pour son actrice principale, que l’on voit quasiment de tous les plans. C’est déjà pas mal, mais on pouvait espérer mieux. Il s’agit donc d’un portrait, en mode humoristico-romantico-dramatique. Victoria, avocate, séparée et maman de deux petite fille est incarnée, on l’a compris, par une Virgina Efira toujours aussi radieuse, mais que l’on découvre ici en mode “humour triste”. Elle ressemble aux héros des films de Woody Allen : névrosée, dépassée par les événements  de sa vie, incapable de dire non à ses proches et surtout tristement seule. La comédienne est parfaite dans son interprétation, tour à tour lunaire, à côté de la plaque, sexy et attendrissante dans la façon dont elle se débat avec les problèmes des autres sans parvenir à solutionner les siens.

victoria 3

Malheureusement, l’intrigue se disperse trop pour passionner : Victoria, avocate au pénal, se laisse convaincre par son ami de longue date – incarné par un Melvil Poupaud ambigu qui perd ses cheveux – de prendre sa défense dans une mystérieuse affaire de coup de poignard. On se rend rapidement compte que même la réalisatrice fait peu de cas de cette énigme dont on ne saura jamais la vérité. Alors pourquoi en parler?
En parallèle, Victoria voit débarquer dans sa vie, Samuel, un ancien client, dealer, qui lui propose de l’aider à garder ses deux petites filles et de l’assister dans son travail, en échange de pouvoir loger chez elle. L’excellent Vincent Lacoste, que l’on découvre d’abord en ado binoclard un peu naïf puis, au fur et à mesure, et sans qu’on comprenne trop pourquoi, gagne en virilité et se transforme même en séducteur au visage faussement impassible et à l’humour pince sans rire. Malheureusement, le film ne lui donne pas beaucoup de consistance. A un moment donné, son personnage reproche à Victoria de ne pas s’intéresser à lui, que s’il connaît tout d’elle, elle ne sait rien de sa vie, qu’il est transparent à ses yeux. Et c’est aussi l’impression qu’il laisse à nous spectateurs. Dommage, car c’était sans doute l’histoire centrale à creuser et qui méritait une conclusion moins cliché.

Et, troisième couche, totalement inutile et parasite, dans le sens où elle casse le rythme : l’entrée en scène de l’ex compagnon de Victoria, interprété par un Laurent Poitrenaux relativement sobre. Le personnage se découvre un talent pour l’écriture et décide de tenir un blog dans lequel il raconte les aventures professionnelle et intime d’une certaine avocate, prénommée Vicky. Évidemment, il parle de son ex et règle ses comptes. Un tel sujet mériterait un film en soi, mais la réalisatrice se contente ici d’effleurer les choses,même si elle pose des questions intéressantes : où s’arrête la liberté de création? Les moments et secrets partagés avec autrui deviennent-ils notre propriété?

victoria 2

Quant à l’humour du film, certains critiques parlent de “comédie hilarante”, n’exagérons rien. Virginie Efira et Vincent Lacoste forment un duo romantico-comique plutôt convaincant et qui méritait d’être plus largement développé. La séquence du tribunal avec le dalmatien est appelée à devenir culte. En revanche, certaines situations ratent leur cible et ne font pas rire du fait d’une impression de déjà-vu (notamment la scène de sexe ratée dans le noir).
En conclusion, ce n’est pas la comédie de l’année espérée, mais rien que pour Virginie Efira, “Victoria” mérite le déplacement.



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image