Compétition. “The Fits” : Une quête d’identité trop hermétique

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Dernier film présenté en compétition et premier de la réalisatrice Anna Rose Holmer, “The Fits” a plongé les festivaliers dans un sentiment de perplexité. Très courte (1 h 12), cette fiction raconte l’histoire de Toni, une jeune fille de 11 ans (interprétée par Royalty Hightower, une vraie danseuse), à Cincinatti, qui pratique la boxe avec son frère. Jusqu’au jour où elle découvre un cours de danse de style hop hop qui la fascine.

 

Mis en scène de façon très contemplative, avec une atmosphère proche du fantastique, le film ne passionne guère. D’abord parce qu’il ne se passe pas grand chose à l’écran et les seuls enjeux dramatiques se résument à une apparente contagion : chaque danseuse est prise tour à tour de convulsions. En conférence de presse, la réalisatrice a éclairé notre lanterne en expliquant que chacune de ses convulsions avait été chorégraphiée de façon unique et forment une allégorie de la quête individuelle d’identité de chaque jeune fille, y compris Toni. Pas sûr que cela suffise à justifier l’intérêt du projet.

 



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image