Christa Théret, actrice et membre du jury Révélation : «Ce festival a une jolie renommée»

 

Crédit Dominique Saint
Crédit Dominique Saint

 

Entretien avec la jeune comédienne Christa Théret, 25 ans, membre du jury Révélation du 42e festival du cinéma américaine de Deauville.

 

On vous a vu à Cabourg au mois de juin. Quelle image vous reste du Swann que vous avez remporté pour “La Fille du Patron”?

Un très beau prix et un très beau souvenir. C’était mon premier prix français. J’en avais eu un dans un festival à côté de Naples, il y a trois ans, mais je n’en avais jamais eu en France. J’ai été nommée aux Césars mais je ne l’ai pas obtenu. Cela m’a beaucoup émue.

 

Pour ce film-là en particulier?

Oui, mais je l’ai pris aussi pour un prix pour l’ensemble de ma filmographie jusqu’à présent.

 

Vous enchaînez avec un autre festival normand, cette fois en tant que membre du jury. Qu’est-ce qui vous a fait dire oui?

Le festival de Deauville a une jolie renommée. j’aime beaucoup Deauville et Trouville. Pour les rencontres, pour les films. Je vois beaucoup de films. J’aimerais être réalisatrice. J’écris mon court-métrage. Pour toutes ces raisons et pour la beauté de la Normandie.

 

Vous étiez déjà venue au cinéma américain en tant que spectatrice?

Non, c’est la première fois.

 

Par rapport à Cabourg, l’ambiance est-elle similaire?

C’est un peu plus chic à Deauville, même si Cabourg est très chic, mais c’est plus familial dans l’organisation.

 

 

Crédit Dominique Saint
Crédit Dominique Saint

 

Le cinéma américain en général cela vous évoque quels films ?

Des films qui m’ont marqués : “Dead Man” de Jim Jarmusch, Jackie Brown de Tarantino, les films de Scorsese. Des films plus indépendants aussi, comme “Winter’s Bone“, avec Jennifer Lawrence. Je vais souvent au cinéma. Cela peut être des blockbusters comme “Titanic” ou “Avatar”, des choses comme ça. Dernièrement j’ai vu “Mystery Train” de Jim Jarmusch qui est super.

 

Qu’est ce qui fait la singularité du cinéma américain indépendant par rapport à d’autres cinémas?

Tous les films sont différents, chaque réalisateur a son univers… mais il y a toujours de l’audace, une mise en scène surprenante, des lumières, une sensibilité.

 

Y a-t-il des films que vous avez vus ici dans lesquels vous auriez aimé jouer?

Oui, mais après toutes les actrices sont très bien. J’ai plus tendance à les regarder qu’à me projeter.

 

Le festival a rendu hommage Stanley Tucci, Michael Moore et James Franco, vous vous sentez plus proche de quelle personnalité?

Je ne sais pas vraiment. Ce ne sont pas ceux que je connais le plus, même si je me suis renseignée. Je connais plus James Franco. Stanley Tucci, je l’ai vu dans des films mais je ne connais pas l’homme.

 

Et au regard des choix de films qu’ils ont faits?

Alors je dirais Stanley Tucci. Il y a beaucoup d’autodérision dans ses rôles, James Franco aussi d’ailleurs.

 

Quel film de Stanley Tucci vous vient immédiatement en tête?

Le dernier que j’ai vu, c’est “Hunger Games”, un personnage très excentrique.

 

 

Crédit Dominique Saint
Crédit Dominique Saint

 

Vous êtes dans le jury Révélation, que cherchez vous dans les films à ce titre?

Plutôt de la poésie, s’il me touche et me fait rire et puis aussi la mise en scène. Un film où on sent le point de vue, où cela dit quelque chose.

 

L’émotion vient après?

En général, elle en découle. D’autres peuvent être sensibles à l’intrigue, je suis plus contemplative.

 

Est-ce lié au fait que vous allez réaliser un court-métrage?

Oui, mais très vite, dans ce milieu, on étudie les films, on regarde comment ils sont faits. Aujourd’hui, l’histoire n’est pas le vecteur principal.



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image