“Gone Girl” : Bel hommage glaçant au film noir hollywoodien

 

"Gone Girl", de David Fincher. Avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Carrie Coon, Neil Patrick Harris.
"Gone Girl", de David Fincher. Avec Ben Affleck, Rosamund Pike, Carrie Coon, Neil Patrick Harris.

Comment parler de ce film, sans risquer le faux-pas qui gâcherait le plaisir de ceux qui souhaitent le découvrir? Pas évident, du tout! “Gone Girl” est un “whodunnit”, un thriller au suspense tendu construit autour d’une énigme et rythmé par de multiples rebondissements. C’est aussi un bel hommage à un genre hollywoodien quasiment éteint : le film noir. Le film en joue, clairement. On pense notamment à “Assurance sur la Mort” (”Double Indemnity”). Oops, j’en ai peut-être trop dit…

 

Pour autant, ce n’est pas le meilleur de David Fincher. “Seven”, “Fight Club”, “The Social Network” et surtout “Zodiac” suscitent chez le spectateur un vrai plaisir sensoriel qui pousse à les revoir encore et toujours. Le ton ouvertement glacé et glaçant de “Gone Girl” a pour effet de… refroidir cet élan. Ce qui n’enlève rien au plaisir de la première vision.

 

Comme le titre l’indique, l’histoire part d’un fait divers : la disparition d’une femme, Amy Dunne (Rosamund Pike). On apprend que cette superbe blonde new-yorkaise a accepté de suivre son mari, Nick Dunne (Ben Affleck), écrivain raté, jusque dans sa petite ville natale du Missouri. Motif : rapprochement familial, pour lui. Pour elle, une terrible désillusion…

 

 

Construit en deux parties, le film se concentre d’abord sur l’enquête autour de la disparition. Très vite, Nick Dunne devient le suspect numéro 1 d’un possible crime. La deuxième partie apporte clairement la réponse à l’énigme tout en relançant le suspense. Le point de vue devient alors moins confortable pour le spectateur, générant un climat de malaise qui peut expliquer le clivage que suscite le film. Certains dénoncent des ficelles trop ostensibles, un manque de subtilité dans le propos, voire des incohérences. Sans parler des critiques plus politiques.

Aussi imparfait qu’il puisse être, “Gone Girl” n’en demeure pas moins courageux et captivant de bout en bout. La mise en scène est le plus souvent discrète, au service du récit, et, de temps à autres, se révèle explosive ou alors d’une beauté fulgurante (on n’est pas près d’oublier ce nuage de sucre), avec des partis pris audacieux (dont la fameuse scène choc qui explique l’interdiction aux moins de 17 ans aux Etats-Unis).

 

 

Ben Affleck, dans la peau du mari soupçonné de meurtre.
Ben Affleck, dans la peau du mari soupçonné de meurtre.

La qualité des personnages et surtout des interprètes est l’autre point fort du film. Ben Affleck est parfaitement choisi pour incarner cet Américain lambda, au regard éteint. Est-il réellement ce qu’il laisse paraître devant la caméra, à savoir la victime d’une machination? Pas si sûr, car Nick Dunne a des secrets…

Surtout, et merci Mister Fincher, “Gone Girl” a le mérite de révéler deux actrices époustouflantes : au premier chef, la très jolie Londonienne Rosamund Pike, que l’on avait à peine remarqué dans le mauvais James Bond, période Pierce Brosnan, “Meurs un autre Jour”. Disons qu’elle trouve enfin un rôle à la mesure de son talent et de son physique capable de souffler le chaud et le froid. Espérons que l’on assiste à une renaissance aussi réussie que celle, disons d’un Matthew McConaughey!

 

 

Carrie Coon fait sensation dans le rôle de la soeur jumelle de Nick Dunne..
Carrie Coon fait sensation dans le rôle de la soeur jumelle de Nick Dunne..


Et puis, celle qui aurait mérité encore plus de place à l’écran, Carrie Coon, tout aussi jolie et surtout très juste dans le rôle de la soeur jumelle de Nick Dunne. A elle seule, elle porte la part émotionnelle du film et parvient à fissurer l’atmosphère globalement glacée et glaçante. Beaucoup de “g” dans cette fin de phrase… L’Américaine de 34 ans n’avait joué que dans des séries TV, on espère bien la revoir très vite sur grand écran, de préférence dans un premier rôle.



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image