Black Swan : le côté obscur de la danse

"Black Swan" de Darren Aronofsky. Avec Natalie Portman, Vincent Cassel, Mila Kunis, Winona Ryder. (DR)
"Black Swan" de Darren Aronofsky. Avec Natalie Portman, Vincent Cassel, Mila Kunis, Winona Ryder. (DR)

« Nous connaissons tous l’histoire du Lac des cygnes de TchaÏkovski », clame le personnage de Vincent Cassel dans « Black Swan » le nouveau film de Darren Aronofsky. Qu’à cela ne tienne, un rappel ne nous fera sans doute pas de mal !

Un prince (Siegfried) tombe amoureux d’une femme (Odette) qui a été ensorcelée et arbore l’apparence d’un cygne blanc. L’auteur de ce sort est le sorcier Von Rothbart. Seul un mariage entre le prince et la jeune femme permettra de conjurer le mauvais sort. Malheureusement, le sorcier envoie sa fille séduire le prince. Elle ressemble trait pour trait à Odette, exception faite qu’elle arbore l’apparence d’un cygne noir. Le prince est dupé tandis que le cygne blanc, se sachant condamné à rester dans sa forme actuelle, se tue…

« Black Swan » est moins l’histoire du cygne noir du « Lac des cygnes » que le récit de la terrible plongée dans la folie et la violence de Nina, danseuse de ballet aussi douée que fragile psychologiquement.

Attention, l’intensité de cette métamorphose risque de heurter les âmes sensibles ! Rarement, un film réussit-il aussi bien à entretenir le malaise et l’angoisse pendant une heure et quarante cinq minutes. La photographie granuleuse et sombre et les musiques inquiétantes de Clint Mansell et de Tchaïkovski y sont pour beaucoup.

Spectateurs, vous vous cacherez les yeux devant les scènes de mutilation, vous sursauterez à de nombreuses reprises, vous verserez sans doute des larmes d’émotions vives. Mais, surtout, vous ne pourrez être qu’admiratifs de l’énergie et de la fébrilité dégagées par Natalie Portman. Agée de 29 ans, l’actrice américaine qui interprète le rôle principal est nominée pour les Oscars. Ne pas lui donner serait une hérésie ! Son interprétation relève de la grâce et je ne parle pas que des scènes de danse qui donneront à beaucoup l’envie de revoir des ballets ! Sa transformation mentale et physique d’adolescente frigide et étouffée par sa mère (Barbara Hershey inquiétante !) en femme fatale et irrésistible, illustre mieux que n’importe quel épisode de “La Guerre des Etoiles” le passage du côté obscur de la Force !

Le sexe est au cœur de cette métamorphose et il est étonnant de voir la Princesse Amidala de George Lucas se masturber ou avoir une relation sexuelle avec une collègue de danse. Non, il ne s’agit pas d’un film porno. Certes, ces scènes éveillent notre libido, mais elles ne sont jamais gratuites : Parfois l’humour s’invite à l’improviste ; Le plus souvent, elles traduisent le malaise psychologique de l’héroïne. Car tout se passe dans sa tête !

Saluons les belles prestations de Vincent Cassel, en chorégraphe français aussi sexy qu’inquiétant, de la jeune Mila Kunis, versant féminin du personnage de Cassel ou encore de Winona Ryder (plus brève malheureusement) en danseuse étoile déchue.

Dix ans après son chef d’œuvre, « Requiem For a Dream », Darren Aronofksy nous livre un nouveau film choc et, on le souhaite, culte.

T.R



Laisser un commentaire

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image